COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Mareil-Marly, le 7 décembre 2022


LES ARBRES ÉCRIVENT AUX POLITIQUES ! :

Mareil-Marly est une commune en carence de logements sociaux dans le cadre de la loi SRU. Pour cela la construction de 465 logements est programmée pour atteindre les objectifs de logements sociaux de 20% dans la commune. 5 secteurs de la commune sont concernés par ces Orientations d'aménagement et de programmation (OAP). Tous ces secteurs sont boisés de façon plus ou moins importante et comportent des espèces animales protégées constituées essentiellement d'oiseaux, mais aussi d'écureuils roux, d'orvets, de chauves-souris,... Les secteurs des Violettes, Champs Droux et Bigaudes seront les plus impactés. Notre association "Sauvegardons les coteaux de Mareil" laisse exceptionnellement l'expression aux arbres, sujet de ce communiqué de presse :

" Nous sommes les arbres de Mareil-Marly, l’application de la loi SRU va condamner à une mort certaine 9,5 hectares de nos semblables, et peut-être plus avec l’accès et l’exécution des différents chantiers.

Nous savons que l’espèce humaine a besoin de logements. La loi SRU est une sorte de punition collective adressée aux communes les plus riches qui n’ont pas voulu du logement social. Nous savons que la mixité pour nous les arbres, comme pour les humains, est le gage d’une meilleure intégration dans le milieu de vie. Malgré tout, cela mérite-t-il de sacrifier plus de 4000 arbres à Mareil-Marly ? Pourquoi nous les arbres devrions-nous être condamnés à mort pour le respect de votre loi SRU ? À notre connaissance nous ne sommes pas responsables de cette situation et nous allons en payer le prix fort. Et pas que nous, car ces espaces boisés de Mareil-Marly abritent de nombreuses espèces animales protégées. C’est oublier aussi nos services rendus pour fabriquer de l'oxygène, capter du CO², capter l’eau et la rendre à l’atmosphère tout en limitant les risques d’inondations, tenir et fertiliser les sols, rafraîchir l’air lors des épisodes de fortes chaleurs. Dans un réchauffement climatique inédit à l’échelle humaine, notre action nous semble non négligeable.

À l’heure où Emmanuel Macron, le président de la République, promet la plantation d’un milliard d’arbres, nous ne comprenons pas que plus de 4000 arbres soient tués ici à Mareil-Marly. Peut-être est-ce la politique du « en même temps » ? Mais cela devient inaudible et incohérent pour une grande partie de la population et de l’électorat mareillois. Les discours trop éloignés de la réalité du terrain sont toujours démocratiquement dangereux.

Nous savons que cet objectif de logements sociaux peut être atteint autrement. Nous savons que la ville peut être reconstruite sur elle-même. Nous savons que 400 000 logements sont inoccupés en Île-de-France. Nous savons aussi que 4,4 millions de m² de bureaux sont inoccupés en Île-de-France, dont la majorité est située dans des communes plutôt aisées de la petite couronne. Cela représente plus 73 000 logements possibles, situés à proximité d’une forte densité de lignes de transports publics.

Pour toutes les raisons évoquées précédemment, nous demandons le classement rapide en zone N dans notre PLU des secteurs boisés aujourd’hui concernés par les OAP en lien avec le respect de la loi SRU, ou toute autre disposition qui pourrait nous sauver durablement. Nous demandons une modification rapide de la loi SRU pour une meilleure prise en compte des arbres et de l’environnement en général, alors que l’objectif ZAN ne pourra pas nous sauver compte tenu des délais actuellement attendus. La protection avec l’empêchement systématique de toute construction de bâtiments sur des espaces boisés d’un hectare et plus serait une avancée majeure.

Pour faire passer notre message, nous avons écrit à :


- M. Emmanuel Macron, président de la République

- Mme Elisabeth Borne, Première ministre

- M. Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.

- Mme Bérangère Couillard, secrétaire d'État chargée de l'Écologie

- M. Jean-Marc Zulesi, député et président de la Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire

- Mme Lisa Belluco, députée et vice-présidente de la Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire

- M. Jean-François Longeot, sénateur et président de la Commission de l'aménagement du territoire et du développement durable

- M. Guillaume Gontard, sénateur et président du groupe écologiste du Sénat

- Mme Aude Luquet, députée, sélectionnée pour son intérêt envers les arbres

- Mme Delphine Batho, Mme Mathilde Panot et M. Dominique Potier, députés ayant été repérés comme les meilleurs défenseurs de l'écologie au cours de leur mandature précédente à l'Assemblée Nationale.

- Mme Natalia Pouzyreff, députée de notre circonscription

Nous comptons sur les visiteurs de cette page pour relayer notre situation et nos demandes, et nous les remercions par avance."


                                                                                                                                      LES ARBRES,

                                                                                                                                      représentés par : Cyril Chauplannaz, président de l'A.S.C.M

                                                                                                                                                                                      ( contact@coteaux-mareil.fr )

Secteur des Violettes, premier site impacté, notamment par des études de sol :

    

Secteur des Violettes et des Bigaudes, vus depuis Google Earth :
 


72560374_569157306958206_2545365874953420800_n_pt_sp.jpg (139035 octets) RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL